Category Archives: Littérature française

« L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » de Romain Puertolas – Rentrée littéraire 2013

« L’extraordinaire voyage du Fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea » de Romain Puertolas – Rentrée littéraire 2013

images-5Il y a longtemps que je sais que je suis beaucoup plus sensible aux romans dits dramatiques, aux histoires compliquées ou douloureuses. Il est finalement beaucoup plus difficile selon moi d’écrire un texte très réussi dans le registre humoristique. Quand ce livre a été annoncé par de nombreux blogs cet été comme étant une vraie réussite, comme étant hilarant, j’étais vraiment impatiente de le lire pour changer un peu de registre pour une fois.

La presentation de l’ouvrage par son auteur semblait confirmer ce pronostic, ce côté loufoque, déjanté de l’histoire était très séduisant pour sortir de la morosité de la majorité des textes de la rentrée littéraire.

Et bien, il faut croire que je suis hermétique à l’humour en littérature, car je n’ai absolument été réceptive à l’incohérence de l’histoire, aux pseudos jeux de mots, aux délires sur les noms des personnages.

Les situations grotesques me sont apparues cousues de ficelles tellement grosses que cela ne m’a même pas fait sourire…

Il y a quelque chose qui m’échappe dans le succès de ce livre excepté la puissance marketing du titre et le capital sympathie de l’auteur.

Je n’en dirai pas plus, je ne l’ai pas fini…
Et vous, vous en avez pensé quoi ?

Note : 1/5

Editions la Diléttante, 2013, 252p.

 

« Amants » de Catherine Guillebaud

« Amants » de Catherine Guillebaud

images-4Une éditrice parisienne mariée, mère d’une fillette et aimant son mari, tombe passionnément amoureuse d’un homme lui aussi marié et vivant à l’autre bout de la France.

Décrit de la sorte, le thème de ce roman est loin d’être original, mais plutôt un grand classique de la littérature. C’est sans compter avec l’écriture de Catherine Guillebaud, certainement puisée dans un vécu personnel, elle nous emmène avec précision dans tous les méandres de la folie amoureuse. Quiconque a vécu une passion amoureuse se retrouvera dans ces émotions et ces sentiments puissants provoqués par ce type de relation.

La culpabilité, la réflexion sur la fidélité, la perte de contrôle de ses actes, les angoisses quotidiennes du secret, tout est décrit avec force et une grand humanité à travers ces personnages dont on comprend très vite que leur destin, comme souvent avec les coups de foudre, sera sans avenir.

A travers un récit minutieux de ces quelques mois de rencontres, elle exprime avec des phrases simples mais qui nous projettent avec précisions dans tous les émois d’une relation adultère où aucun avenir n’est envisageable et où la violence sert d’exutoire à la frustration…

Je ne suis vraiment pas fan des romans ( autobiographiques ? ) français d’habitude, mais j’ai été très touchée par ce couple pour lequel on ne peut pas faire autrement que de ressentir une très forte empathie.

Editions du Seuil, 2002, 173p.

Note: 3/5

 

« Instinct primaire » de Pia Petersen- Rentrée littéraire 2013

« Instinct primaire » de Pia Petersen- Rentrée littéraire 2013

images-2 » Quand tout a été dit sans qu’il soit possible de tourner la page, écrire à l’autre devient la seule issue. Mais passer à l’acte est risqué. Ainsi après avoir rédigé sa Lettre au père, Kafka avait préféré la ranger dans un tiroir. Ecrire une lettre, une seule, c’est s’offrir le point final, s’affranchir d’une vieille histoire. « C’est ainsi que Claire Debru directrice de la collection « Les affranchis »où est publié ce texte,  explique la ligne directrice donnée à ses auteurs.

Ici Pia petersen, rédige la lettre d’une femme écrivain, à son amant, son grand amour. Ils se sont séparés brutalement, sur un malentendu qui ne sera révélé que dans les dernières lignes, sans jamais s’expliquer par la suite. Cette lettre est l’occasion pour cette femme de revenir sur leur relation et de tenter de donner son explication, sa vision de leur amour et ses motivations profondes.

C’est l’histoire d’une femme qui aime profondément un homme déjà marié et est heureuse dans cette situation. Mais c’est aussi l’histoire d’un homme qui veut épouser sa maitresse, lui faire des enfants, rentrer dans le moule social. Alors que pour elle les sentiments profonds se suffisent à eux-mêmes.

« Le mariage c’est signer un contrat dans lequel il est stipulé qu’il ne faut plus jamais tomber amoureux de quelqu’un d’autre. Est-ce que l’on a si peur de perdre l’autre que l’on soit obligé de lui mettre un contrat autour du cou ? Jamais je n’ai imaginé t’enchaîner à moi par peur de te perdre. »

Cette lettre est l’occasion pour l’auteur de faire une réflexion sur la relation amoureuse et ses différentes facettes sous le regard des autres, sur la difficulté de résister aux diktats et a priori sociaux, sur la liberté de vivre et penser différemment.J’ai vraiment beaucoup aimé la première moitié du livre, qui décrit parfaitement cet état amoureux idéal, où le désir de propriété sur l’autre n’existe pas, où seul le partage, la complicité sont importants.

La deuxième partie du livre traite du sujet sensible de  la liberté des femmes à choisir de ne pas avoir d’enfants. Et surtout à comprendre comment se définit la femme aujourd’hui, en fonction de quels critères dans la société actuelle. La femme doit elle obligatoirement être mère et être mariée pour avoir un statut crédible ? Cette partie intéressante m’a paru néanmoins un peu trop longue avec beaucoup de redites.

Ce livre se dévore et ne laissera personne indifférent, qu’il gêne, agace ou emballe le (la) lecteur (trice). La réflexion qu’il suscite est intelligente et nécessaire.

A lire !

Nil Editions, Octobre 2013, 107p.

Note: 4/5

« Une part de ciel » par Claudie Gallay- Rentrée littéraire 2013

« Une part de ciel » par Claudie Gallay- Rentrée littéraire 2013
imagesCarole reçoit un jour une boule en verre avec de la neige artificielle, de celles que l’on trouve dans tous les lieux touristiques avec les monument emblématiques.
C’est le signe pour elle que son père Curtil, va revenir sur leur lieu d’enfance afin de revoir ses enfants, son frère et sa soeur restés au pays, Philippe, garde forestier et Gaby femme de chambre dans un hôtel.
Ce pays de l’enfance c’est un petit village de montagne calme et paisible proche du parc de la Vanoise dont le sort va peut être basculer avec la création d’une piste de ski afin de dynamiser le pays.
Pour Carole c’est un retour aux sources, pour la première fois sans son mari car juste divorcée et sans ses filles parties en Australie.
Ainsi commence l’attente du retour du père annoncé depuis toujours par ces envois de boules à neige. Ce père qui a été plus souvent absent dans leur enfance que présent…
Carole, installée dans un gîte, traduit un livre sur la vie de Christo, l’artiste qui emballe les monuments, pour occuper ses journées, mais aussi essaye de s’intégrer à nouveau à la vie du village de son enfance.
Claudie Gallay distille l’attente de ce père avec des descriptions par petites touches du quotidien qui égrènent  la vie des différents personnages de ce village. Bien sûr celle des 3 enfants de Curtil mais aussi celle des témoins de leur enfance, de leurs secrets, des villageois.
L’écriture de Claudie Gallay opère par des petites phrases sèches, âpres qui décrivent avec minutie les gestes du quotidien, l’ambiance dans le village, la communication ou plutôt l’incommunicabilité entre eux…
La succession de phrases commençant par j’ai fait  ceci… j’ai fait cela… peut surprendre et gêner mais participe à l’immersion par les détails dans la vie de ce village et celle de cette famille.
Il est bien évident que les lecteurs recherchant du rythme, des enchainements d’actions resteront sur leur faim avec ce roman.
Même s’il est incontestable qu’il y a des longueurs, je me suis petit à petit laissée charmer par l’ambiance générale. J’ai parfaitement ressenti l’attente, l’évolution imperceptible mais réelle entre les personnages, les souvenirs qui ressurgissent, la communication qui se dévoile, la culpabilité qui rode…
A la fin j’ai eu l’impression d’avoir connu ce village et ces personnages tellement on finit par s’immerger dans cette histoire décrite par le menu… Il faut juste lâcher prise et se laisser porter par l’écriture qui sait s’envoler et devenir poétique par moment.
Un livre sensible et intime comme sait le faire Claudie Gallay.
Livre lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraire organisés par Price Minister , merci à eux de m’avoir sélectionnée.
Editions Actes Sud, Août 2013, 445p.
Note : 3/5

« L’invention de nos vies » de Karine Tuil – Rentrée littéraire 2013

« L’invention de nos vies » de Karine Tuil – Rentrée littéraire 2013

images-47Samuel, fils d’intellectuels juifs ultra-orthodoxes, rêve de devenir écrivain; Samir, Tunisien d’origine, élevé dans les cités, rêve de la réussite à tout prix en tant qu’avocat; et Nina  est une beauté époustouflante mais sans réelles ambitions; Voilà 3 amis qui se sont rencontrés sur les bancs de la fac, à un moment de leur jeunesse où tous les possibles étaient devant eux ! Nina et samuel sortent ensemble mais les 3 compères partagent une amitié sans faille jusqu’à ce que Samir tombe lui aussi éperdument amoureux de Nina. La trahison fait exploser leur amitié et Nina choisit de rester avec Samuel grâce à un chantage au suicide de celui-ci…

Samir quitte donc Paris pour tenter d’oublier sa passion pour Nina et poursuit sa brillante carrière aux Etats-Unis en réinventant son histoire, ses origines afin de réussir à surmonter le racisme. Il emprunte le passé de son ami Samuel, son prénom, sa religion. 20 ans plus tard alors qu’il est au faîte de sa gloire, une interview de lui sur CNN est vue par  Samuel et Nina à Paris. Samuel qui a raté sa vie et est toujours en couple avec Nina décide de jouer un coup de poker pour relancer sa vie, savoir si Nina l’aime toujours. Il lui propose donc de reprendre contact avec Samir. Mais la découverte de l’usurpation de son identité change les relations, les mensonges vont éclater à la figure de tout le monde et provoquer des séismes ravageurs dans leurs vies à tous les 3 .

Karine Tuil ré-invente le trio amoureux, comme alibi, pour opérer une véritable échographie de notre société moderne avec ses ressorts et mécanismes de la réussite à tout prix, ses compromissions, ses faux semblants et ses mensonges nécessaire à la réussite sociale. Elle aborde tous les grands sujets de société dans une construction littéraire magistrale, la réussite vue de toutes les origines sociales, le racisme, l’assimilation, le corporatisme religieux, la sexualité débridée et le statut de la femme.

Nous avons entre le personnage de Samir et celui de Samuel, l’opposition entre le déterminisme et la victimisation de son histoire.

Tout y est dans ce roman mené tambour battant, avec une écriture riche mais aussi quasi cinématographique par moments. Le rythme précis et descriptif dans certains passages, s’accelère et devient quasiment haché à d’autres. Les notes de bas de pages sur les personnages annexes sont comme de mini biographies qui ajoutent au côté « cinématographique » du livre .

A partir de la moitié du roman tout s’accélère et il devient complètement impossible de la lâcher, on est littéralement happé par le besoin de savoir où vont nous conduire les personnages.

Alors certes, il y a des excès dans certaines situations parfois peu crédibles, mais cela importe peu, la connaissance des ressorts de l’âme humaine de Karine Tuil dans notre société est implacable.

Le passé, sa propre histoire, ses origines, on peut toujours essayer de les renier, tôt ou tard ils viennent vous rattraper en boomerang dans la figure.

Ce livre va certainement avoir un grand succès mérité auprès des libraires, de la presse et des lecteurs. Je viens d’ailleurs de lire qu’il faisait parti de la première sélection du prix Goncourt, il a de bonnes chances de réussite.

Editions Grasset, Août 2013, 493p.

Note : 5/5

photo

 

 

« La nuit tombée » d’Antoine Choplin

« La nuit tombée » d’Antoine Choplin

images-43Un homme, Goury, veut retourner seul sur sa moto dans la zone interdite autour de Tchernobyl ! Ce voyage, deux ans après les événements, encore interdit par les autorités est l’occasion de retrouver ceux qui sont restés sur place et d’évoquer le drame, le désastre humain ainsi que les conséquences sur la nature. Goury qui semble un des seuls qui ait travaillé au nettoyage de la zone et à en être sorti indemne veut retourner dans son ancien appartement pour rechercher quelque chose…

Ce livre sombre, à l’écriture très sobre mais percutante est particulièrement bouleversant d’humanité et d’angoisse. Cette écriture évoque des images fortes d’une nature âpre que l’on ne peut oublier …

Editions de la Fosse aux Ours; août 2012; 121pages.

Note 4/5

« Une visite surprise » de Claudie Pernusch

« Une visite surprise » de Claudie Pernusch

images-36Un très beau roman surprise pour moi, qui ne m’attendais pas à être scotchée par cette histoire lue d’une traite cette nuit !

Paulin, ex prof de maths reconverti dans le commerce de la poterie à Soulac, sa ville natale, reçoit comme une bombe, une « Mine » à retardement, la nouvelle de sa paternité. Une paternité subie, contrainte et forcée, 9 ans après une histoire sans lendemain avec la mère.

Juste au moment où sa vie prend enfin le cours du bonheur avec la femme de sa vie, une belle pharmacienne sensuelle et libre qui ne veut surtout pas d’enfants.

Hermine, dite Mine, la petite fille va faire exploser toutes les certitudes des personnages.

L’histoire peut paraître banale mais c’est sans compter avec l’écriture vive, nerveuse et tellement réaliste de l’auteur dans sa description des sentiments contradictoires des personnages. Nous passons avec tous les personnages de ce roman, par toutes les facettes des réactions humaines face à ce genre de nouvelle. L’empathie avec chacun d’eux est immédiate, chacun est profondément humain.

La violence faite aux hommes quand ils doivent assumer une paternité non voulue, non choisie, faite sans amour est remarquablement décrite.

Tous les personnages ont une épaisseur psychologique intéressante.

Un autre aspect du livre très touchant est la beauté poétique des descriptions de cette région du médoc qui va jusqu’au bout du monde de la Gironde !

L’auteur, originaire de Soulac, sait parfaitement nous faire apprécier cette petite station balnéaire vivant hors saison avec des habitants profondément enracinés dans leur terre.

Un livre qui mérite vraiment d’être découvert, très facile à lire, idéal pour une lecture sur une de nos belles plages girondines cet été …

Je remercie les Editions Belfond de m’avoir fait connaître ce roman.

Editions Belfond, 2013, 221P.

Note 4/5

« Patagonie intérieure » de Lorette Nobécourt

« Patagonie intérieure » de Lorette Nobécourt

images-27Un petit bijou de littérature de voyage à ne pas manquer ! 109 pages de pur bonheur d’écriture pour qui aime voyager, penser le voyage, être autre chose qu’un touriste prisonnier dans des schémas pré-digérés de visites en overdose.

Je n’ai qu’une crainte celle de ne pas arriver à vous convaincre de le lire, vous, voyageur dans l’âme.

L’auteur se rend en Patagonie avec pour objectif de vérifier, valider les éléments géographiques et historiques du héros de son prochain roman en cours d’écriture. Mais cette raison est un alibi, ce voyage en Patagonie, elle en a toujours rêvé et il suscite en elle des révélations sur LE voyage en lui même. La façon d’aborder un voyage est une sorte de révélateur sur la connaissance de soi. C’est autant un voyage géographique qu’un voyage intérieur, qu’elle découvre au fil des étapes.

Ses commentaires et réflexions sur les raisons profondes qui nous poussent à voyager, sa vision de la découverte, tout est parfaitement écrit dans une langue magnifiquement maîtrisée.

Ses descriptions des paysages sans fin sont à couper le souffle.

L’approche est très littéraire, il faut le préciser. Mais quel bonheur de lecture !

Je ne connais pas la Patagonie, même si j’en rêve, mais cet ouvrage aurait pu parler de l’Islande que je connais. Même dépaysement, même sensation que l’on rentrera différent de ce voyage.

Quelques extraits choisis pour vous donner un avant-goût :

  • «Quelle est cette quête d’un ailleurs qui n’existe qu’à l’intérieur de nous même?»
  • «Et faut il toujours reconvoquer l’épreuve du manque pour être augmenté de la présence par l’absence ?»
  • «Peux-t-on finalement, transmettre héritage plus précieux que celui de la soif suscité par le manque ?»
  • «Le paysage me rentre dedans. Je sens déjà la mémoire que j’en porte dans la poitrine pour l’avenir, lorsque de retour là-bas qui sera mon ici de demain, je réveillerai les images.
  • «Ce que je vois, ici: c’est la terre qui nous regarde. Et c’est cela qui nous fait si timides… Dans les fjords, les fragments de terre sont des lettres perdues qui cherchent leur phrase. Alors, nous ne pouvons que faire silence.»
  • «Je pousse la porte. Je suis dehors, non je suis dedans, je suis dans l’envers du monde. Il existe un envers du monde qui est à l’endroit. Et c’est ici . La Patagonie c’est cela, ce n’est pas le bout du monde mais son envers à l’endroit, où se dressent majestueux les dieux et déesses qui peuple cet univers enversé
  •  «Ce n’est pas un paysage c’est une porte… cette porte ouvre à l’intérieur de soi.»
  •  «En arrivant à Punta Arenas, une publicité me saute aux yeux … » En Patagonie les chats ne sont pas domestiques » un énorme puma illustre le slogan. Cela m’enchante.»
  • «Ushuaïa, ce n’est pas le bout du monde, non, seulement une petite ville où les magasins le prétendent.»
  • « La démesure n’a que la mesure pour avoir accès à elle-même. L’infini ne possède que la limite pour exister. « 
  •  «Il n’y a rien-rien-rien- Sinon des étendues illimitées qui profanent l’habitude du regard et le forcent à se perdre…Rien, des autruches, comme de drôles de chapeaux mondains égarés, plumes au vent.»

Chaque phrase de ce petit livre arrive en résonance dans notre façon de concevoir le voyage.

A LIRE A RELIRE ET A OFFRIR !!!!

Editions Grasset, 2013, 109p.

Note : 5+/5

« Un blanc » de Mika Biermann

« Un blanc » de Mika Biermann

images-22Tout d’abord merci à la Librairie Mollat de m’avoir fait découvrir ce livre !

Une expédition scientifique improbable prend la mer direction l’Antarctique avec comme objectif supplémentaire d’envoyer un feu d’artifice du pôle sud afin de fêter l’arrivée de l’an 2OOO.
Résumé comme cela, on croit s’attendre à un énième compte rendu d’expédition en Antatrctique, mais absolument pas. C’est un récit complètement déjanté écrit à partir des carnets de bords ou reconstitutions orales de chacun des principaux participants.
Ce voyage vire quasi immédiatement au cauchemar et les aventures loufoques de cette équipée tient en haleine autant par les rebondissements que par les styles d’écritures inédits dans ce genre d’ouvrages. Chaque personnage raconte sa version et sa partie de l’aventure avec sa faconde, son style et sa personnalité !
C’est drôle, c’est prenant !

Tous les personnages sont bien campés presque typés, mais tous très attachants.

Un texte vraiment à découvrir très vite et qui n’a qu’un seul défaut (ou est ce finalement sa force ?) celui d’être trop court !

Editions Anacharsis, 2013, 131p.

note : 4/5

 

« Que Tal » de Daniel Arsand

« Que Tal » de Daniel Arsand

images-20Un livre magnifique, émouvant, bouleversant sur la relation de l’écrivain avec son chat Que Tal, mort en 2005.
Grâce à son écriture superbe, très littéraire, l’auteur nous emporte dans les méandres de sa vie, de sa relation avec les morts, la mémoire et l’écriture. Que Tal, son chat adoré est évoqué avec beaucoup de délicatesse et m’a émue aux larmes durant ma lecture. Le deuil d’un animal est de l’ordre de l’indicible .
Ce livre n’a qu’un défaut, il es trop court ! mais il m’a fait découvrir un grand écrivain.
A recommander à tous les amateurs de chats ET de bonne littérature.

Editions Phébus, 2013, 96p.

Note : 5/5

 

« Voyage aux îles de la désolation » d’Emmanuel Lepage

« Voyage aux îles de la désolation » d’Emmanuel Lepage

 

images-14Une fois n’est pas coutume, je vous propose une bande déssinée, mais pas n’importe quel album. C’est le récit, réalisé par l’auteur, à partir d’un voyage sur le Marion Dufresne, bateau qui ravitaille les TAAF (les terres australes et antarctiques françaises) ! Ce bateau transporte essentiellement des scientifiques, des spécialistes des oiseaux et de la nature, des militaires, météorologues et dorénavant pour quelques touristes privilégiés, de l’île de la Réunion aux îles australes.

Ces voyages vers les îles de Crozet, des Kerguelen, Saint-Oaul et Amsredam (qui se trouvent à 2000km de l’antarctique environ ) sont magiques et encore sources de vraies aventures humaines et techniques.

L’auteur a la chance de faire ce voyage en tant que dessinateur afin de réaliser une sorte de reportage. La première partie est consacrée aux préparatifs du voyage puis à la vie sur le bateau et à la découverte des îles.

Le résultat est magnifique, les dessins et croquis sont précis et envoutants, sans parler des aquarelles somptueuses parfois en pleine page, porteuses d’une poésie incomparable.

Moi qui ai toujours rêvé de faire ce voyage, et lu de nombreux ouvrages sur le sujet, je suis sous le charme de cet album d’une grande qualité artistique et journalistique.

Une vraie invitation au voyage pour les amoureux des dessins et aquarelles…..

Editions Futuropolis, 2011

Note : 5/5

images-16

 

images-18

 

images-15

 

images-17

« L’île des beaux lendemains » de Caroline Vermalle

« L’île des beaux lendemains » de Caroline Vermalle

imagesVoici un roman comme une belle rencontre improbable, je lis très peu de romans français et le thème de celui-ci, la vieillesse et ses regrets ne m’attirait pas particulièrement.
Et puis Masse critique de Babélio m’a proposée cette lecture et sans m’en rendre compte, je me suis immédiatement laissée embarquer par cette histoire infiniment touchante et racontée avec tant de délicatesse, d’originalité et de drôlerie.
Originalité parce que ce sont des insectes et les vents qui voyagent d’un personnage à l’autre pour nous raconter l’histoire.
C’est l’histoire de 2 couples de septuagénaires qui brutalement, parce que la femme de l’un des deux, Jacqueline, décide de partir seule en vacances sans préavis, va basculer pour tous les personnages vers une quête des rêves de jeunesse perdus.

Jacqueline sous l’effet d’une impulsion suite à une soirée morne avec un couple d’amis et d’une énième dispute avec son mari Marcel, décide de retrouver séance tenante une cousine à l’Ile d’yeux, perdue de vue depuis l’adolescence.
Ce voyage va la confronter à son histoire personnelle, ses rêves passés et ses contradictions. Les quelques jours de vacances se transforment en quête existentielle et projet de vie.
Ce départ est un bouleversement pour tout le monde, son mari qui ne comprend pas sa soudaineté, le couple d’amis qui va être embarqué dans les délires de Marcel, tous vont par effet d’ondes de chocs, vivre des remises en questions et devoir faire face à leurs passés !
Les secrets de la vie des personnages vont prendre un tour étonnant.

Tour à tour grave, drôle, léger et suspens, ce roman nous emporte dans un tourbillon décrit par des vents et insectes farceurs…

La forme est originale, le ton léger et le résultat est une roman qui se lit d’une traite avec un grand plaisir.

Editions Belfond, 2013, 244 pages

note : 4/5